Jacques BARTOLI > Président 2009-2013


Jacques BARTOLI dirigeait les SABLIERES DE LA SALANQUE, entreprise familiale pionnière de l’Espace Polygone, lorsqu’il a pris les rênes de l’AEP en 2009. 
 
"Mon histoire avec l’AEP a débuté en 1994 lorsque j’ai succédé à mon père à la tête de l’entreprise et que j’ai souhaité maintenir mon implication dans cette association dans la quelle nous avons toujours cru, pour preuve avec un grand nombre d’actions déjà incontournables sur notre espace économique.
 
J’ai pris la Présidence de l’AEP suite au départ de Laurent DANOY à la demande du Bureau alors composé de Richard GENESCA (Carrosserie du Sud), Henri TORREILLES (MALET), Michel CALVET (CFT), David DELPEYROUX (Moliner Signalisation) et Elisabeth VERPLANCKEN (Espace Energies) alors seule femme chef d’entreprise au sein de notre Conseil d’Administration.
 
Au cours de mes deux mandats, j’ai fixé pour priorités  que l’association soit réellement autonome même si cela s’est avéré très difficile dans la réalité. Bien évidemment, j’aurai souhaité arriver à mobiliser et impliquer tous les partenaires institutionnels à la même hauteur que la Ville et l’Agglomération de Perpignan.
 
S’agissant de l’un des espaces économiques les plus importants de Perpignan, il me paraissait légitime que toutes les forces économiques de la Région puissent travailler avec les associations des Pyrénées-Orientales. Cette démarche s’inscrivait aussi de par mon implication et mon mandat d’élu consulaire à la CCI de Perpignan.
 
Nous avons voulu marque notre action par le lancement d’un grand projet annuel impactant le développement de l’Espace Polygone : la réussite de l’aménagement du Boulevard Berliet est l’emblème de ce travail de lobbying. Et depuis nous nous sommes attachés à réaménager une rue du cœur historique tous les 2 ans.
 
Enfin, mes amitiés personnelles avec Jacques FONT et José RODRIGUEZ, ont permis un rapprochement historique avec le Pole Economique Saint Charles (PESC) dans le but d’augmenter notre poids politique vis-à-vis des décideurs locaux et de mutualiser de nouvelles actions entre nos 2 associations. 
 
C’est dans cette perspective que nous avons initié avec succès le dispositif Carte 3a : il nous fallait apporter un nouveau service à nos adhérents qui ne disposaient pas de Comité d’Entreprise pour le bien être de leurs salariés et de leurs familles.
 
Je pense que le PESC et l’AEP peuvent aussi être fiers de réunir tous les ans l’ensemble du monde économique et politique au cours de la Nuit AEP I PESC, notre soirée spectacle annuelle pour la présentation en commun de nos vœux.
 
Si je devais garder un regret de mon mandat, c’est de ne pas avoir réussi à créer uns structure interne à l’AEP nous permettant de maitriser le nettoyage et l’entretien des espaces verts. C’est un point indispensable si l’on veut relancer l’attractivité de notre territoire. Seule une implication plus importante des entreprises en adhérant à l’AEP permettra de peser avec plus d’efficacité pour nos futures actions."
 



Top